ESTIVALES DE LA MALEPÈRE – CYCLE DE CONFÉRENCES – DR JEAN ZAMMIT

ARZENS

Descriptif

Conférence : Dr Jean ZAMMIT, Médecin libéral et chercheur-associé au laboratoire TRACES (CNRS Toulouse)
Membre du Groupe des Paléopathologistes de Langue Française (GPLF), Chercheur enseignant dans les domaines : préhistoire, anthropologie biologique, paléopathologie, nut r i t ion, relat ions alimentation-cancers, Ancien médecin radiologue au centre d’imagerie médicale TDI de Carcassonne.

« Les origines préhistoriques de l’agressivité, de la violence et de la guerre »

Co-auteur avec le professeur et néolithicien Jean Guilaine (membre de l’Institut) de l’essai « Le Sentier de la
guerre. Visages de la violence préhistorique », le Docteur Jean Zammit a apporté son expertise médicale à
l’interprétation des traumatismes sur les squelettes anciens du Néolithique et plus généralement sur les
origines de la violence individuelle et collective en Préhistoire.
La « préhistoire des maladies », avec les épidémies, les troubles de l’alimentation, les lésions traumatiques,
les anomalies génétiques, etc. fut le sujet de la conférence qu’il présenta aux Estivales de la Malepère en
2002, avec cette conclusion : « Les maladies de la préhistoire humaine préparent directement l’état de santé
de notre planète à l’orée du XXIème siècle ». Ainsi, les visages de la violence humaine préhistorique,
présentées lors de cette conférence, préfigurent déjà ceux de nos guerres et conflits actuels, qu’ils soient
mondiaux, régionaux ou subversifs.
L’agressivité et son corollaire actif, l’agression, font partie des comportements basiques les plus universaux
chez les êtres vivants. La prédation au sens large du terme en est l’expression la plus connue (« Manger
pour ne pas être mangé »). Toutefois, et notamment chez les Vertébrés où la cérébralisation du système
nerveux devient de plus en plus importante tout au long des temps géologiques, cette agressivité va
s’amplifier mais surtout devenir collective, comme on le voit chez les Carnivores, tels les Loups, chassant en
meute. Nos ancêtres primates possédaient déjà bon nombre de comportements violents collectifs, une sorte
« d’agressivité en bande organisée » que nos singes actuels ont perpétué, voire amplifié. Ce fût là l’une des
grandes révélations primatologiques que mit en évidence l’éthologue Jane Goodall dès le début des années
1970. La préhistoire humaine montre ainsi une lente montée de la violence collective armée depuis le plus
ancien Paléolithique jusqu’au Néolithique le plus récent, culminant à l’Âge du bronze. Ces comportements
agressifs, « ces visages de la violence », dans leur polymorphisme et leur pluralité causale, prépareront
ainsi directement les guerres de l’Antiquité, comme l’attestent les premières écritures, puis nos conflits
contemporains dont la menace nucléaire représente l’un des aspects les plus terrifiants.

Ouverture

  • Le 13 juin 2024

ESTIVALES DE LA MALEPÈRE – CYCLE DE CONFÉRENCES – DR JEAN ZAMMIT
PLACE DE L’EUROPE
11290 ARZENS

+33 4 68 76 28 13

E-mail

Site internet

Site internet

Facebook

Calculez votre itinéraire

Ajouter au carnet Retirer du carnet